Vive le Roi! Vive le Roi!

Sites amis

Luc Robet, un héros royaliste de la résistance PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Royal-Pango   
Samedi, 29 Juin 2013 01:16

 

 

L’Histoire semble parfois ingrate, l’héroïsme d’un grand nombre de français devant littéralement céder sa place à la couardise d’une poignée. Ainsi, les français d’aujourd’hui pensent, à tort, que tous les royalistes du début du XX°Siècle avait adhéré sans raison aux ineptiques et dangereuses théories nazies…  Or, il n’en est rien ! A l’instar de Luc Robet, de nombreux royalistes entrèrent en résistance face à l’ennemi national-socialiste et d’ailleurs, se firent remarquer par leur zèle et âpreté au combat.

Luc Robet aurait fêté cette année son centième anniversaire. Né au jour de la Saint Briac (17 Décembre) 1913, il est issu d’une famille profondément royaliste et, passionné par la Chouannerie, il rentra donc très jeune dans le mouvement des Camelots du Roi. Conscient de l’imminence du conflit avec l’Allemagne nazie (on relira à propos les très nombreux articles sur ce sujet de Charles Maurras, Léon Daudet ou de Jacques Bainville), il n’eut de cesse de dépenser son énergie à vouloir prévenir ses concitoyens de l’impératif sursaut royaliste face à l’ampleur de la catastrophe qui s’annonçait déjà.

En 1940, il est chef-adjoint des Camelots de Bretagne. Démobilisé en Novembre de cette année, il rentra rapidement au sein du réseau Hector, appelant les Camelots de Bretagne à l’y rejoindre. Puis vinrent les réseaux ORA (Organisation de résistance de l’Armée) et Alliance, sous le pseudonyme de Fanch le Gavre ou Fanch Kergoat.

Arrêté le 20 Janvier 1944 à Rennes, il est torturé à la Prison Jacques Cartier, déporté en mai 1944 au camp de Neuengamme puis au camp de Fallersleben-Laagberg. Libéré le 2 Mai 1945, il rentrera meurtri et blessé dans sa Bretagne natale, à Douarnenez.

Le 7 Juillet 1946, il est décoré de la Légion d’Honneur au grade de Chevalier. Voici la citation qui accompagnait sa nomination :

« Doué d’une énergie sans limite et d’une foi totale dans la renaissance française, a été l’un des premiers artisans en Bretagne du Mouvement HEURTEAUX dès la fin de l’année 1940.

Grâce à une volonté soutenue et à un mépris total du danger, a su grouper autour de lui, dans le Finistère sud, un nombre très important de résistants.

Organisant la recherche de renseignements concernant les forces allemandes, préparant le recrutement et l’encadrement des formations appelées à participer au soulèvement contre l’envahisseur est resté au premier rang des organisateurs de la résistance en Bretagne.

Arrêté par la Gestapo le 19 janvier 1944 à Rennes, torturé au cours de 17 interrogatoires, a refusé de donner à l’ennemi le moindre renseignement, faisant preuve d’un courage et d’un cran admirables. »

De nombreux royalistes suivirent également les pas de Luc Robet dans la résistance face à l’ennemi germanique. Face au silence historique qui pèse sur ces évènements, il était grand temps de rendre hommage à ces royalistes qui ne sourcillèrent pas quand leur Patrie était à la merci de l’ennemi. A leur suite, les camelots d’aujourd’hui ne doivent pas hésiter à s’élancer face à l’ennemi pour défendre leur Nation !

 

source: Prospectives Royaliste de l'Ouest

Mise à jour le Samedi, 29 Juin 2013 01:20
 
Vive le Roi!
Groupe d'Action Royaliste